Sécuriser les droits fonciers au Cameroun : ce qui n’a pas marché et ce qu’il faudrait faire

Auteur(s)
Sandrine Kouba, Amaelle Seigneret, Emilie Beauchamp, Brendan Schwartz
Date de publication
Editeur
IIED
Type de publication

Les terres du Cameroun sont sujettes à de nombreuses pressions — intérêts commerciaux, changements climatiques, croissance démographique. Les droits d’usage et d’accès à la terre des communautés rurales et des peuples autochtones pour l’agriculture et l’élevage ont été affaiblis — principalement à cause de la non-reconnaissance des régimes fonciers coutumiers, de nombreux conflits d’usage et de gouvernances locales inefficaces.

La législation foncière est en effet dépassée et incompatible avec les lois coutumières et les réalités locales. Afin de résoudre ces défis, depuis les années 1980, des organisations gouvernementales et non-gouvernementales ont testé de nombreuses stratégies. Celles-ci ont connu des résultats mitigés, illustrant les lacunes du cadre juridique national. Cette note fait une évaluation de ces initiatives et en tire des recommandations pour orienter la réforme foncière en cours, afin que les droits de tous soient protégés.