Journalistes formés sur la gouvernance foncière au Cameroun

L'atelier
Date

Au Cameroun, malgré l’évolution considérable du contexte, le régime foncier est encore régulée par une législation élaborée dans les années 1970. La non-reconnaissance des droits coutumiers et de certains types d’usages a rendu les communautés rurales, et certains groupes en particulier - les femmes, peuples autochtones, groupes (semi) nomades – particulièrement vulnérables. Cela a créé de nombreux conflits fonciers. Le Gouvernement du Cameroun a initié un processus de réforme foncière en 2011, ce qui offre une opportunité d’adresser ces défis. Dans le cadre de ce processus, il est important de disséminer les connaissances sur la situation dans le pays et d’informer le grand public sur les enjeux.

Ainsi, le projet LandCam a organisé un atelier de renforcement des capacités pour les journalistes le 2 décembre 2020 à l’hôtel Tou’gou de Yaoundé. L’atelier a réuni une quinzaine de journalistes issus de différentes organisations médiatiques, et avait pour objectif d’améliorer la compréhension et la couverture médiatique de la question de la gouvernance foncière et de la gestion des ressources naturelles au Cameroun.

L’atelier a consisté en trois présentations principales sur l’impact de l’exploitation minière semi-mécanisée sur les droits fonciers des communautés locales, le changement climatique et la sécurité foncière ,et l’accès à la terre par les personnes déplacées interne et les réfugiés. L’atelier était également une opportunité de faire la présentation du programme de micro-subventions pour les journalistes et ils ont tous été encouragés à utiliser les connaissances acquises et à postuler pour la micro-subvention.