Atelier de réflexion sur la participation des peuples autochtones à la gouvernance foncière

Atelier de réflexion sur la participation des peuples autochtones à la gouvernance foncière
Atelier de réflexion sur la participation des peuples autochtones à la gouvernance foncière
Date

Les 7 et 8 août 2018 s’est tenu à Yaoundé un atelier visant à discuter des droits et des intérêts des peuples autochtones (PA) en matière de gouvernance foncière et des ressources naturelles.
Organisé dans le cadre du projet LandCam par le CED en collaboration avec le Centre pour l'éducation, la formation et l'appui aux initiatives de développement (CEFAID) et le Réseau Recherches Actions Concertées Pygmées (RACOPY), l’événement a réuni des acteurs de différents secteurs : public, privé, organisations de la société civile (OSC), ainsi que des représentants des PA. Il a pris place la veille de la Journée internationale des peuples autochtones, qui avait pour thème « Territoires autochtones et causes actuelles des migrations et des mouvements transfrontaliers ».
Victimes de marginalisation au fil des années du fait de leur mode de vie, les PA voient leurs droits régulièrement bafoués et leur existence menacée, situation exacerbée par les perspectives de croissance liées à la multiplication des projets fonciers. En effet, les ressources foncières et naturelles des PA dépendent étroitement des terres qui sont le support pour la réalisation de ces projets de développement.
En ce qui concerne les avancées dans ce domaine, il a été noté le rôle que le Cameroun a joué dans l’adoption de la déclaration des Nations Unies sur les droits des PA, la mise en place des services de proximités pour les zones habitées par les PA, l’implication des PA dans la gestion des espaces et des ressources à travers la création progressive des forêts communautaires et de territoires communautaires, la représentation dans les instances politiques de décisions.
Quant aux défis à relever, ont été discutés entre autres l’absence de politique nationale, de lois et d’instruments politiques et juridiques spécifiques aux PA, la non-reconnaissance de leurs droits coutumiers relatifs à la terre et le faible accès aux ressources naturelles et aux revenus issus de leur exploitation.
Quelques recommandations ont été élaborées, à savoir l’adoption d’une législation et d’une politique spécifiques aux peuples autochtones, et la ratification de la convention 169 de l’Organisation internationale du travail, qui reconnaît les droits des communautés autochtones. Ces recommandations ont été présentées à l’attention des décideurs.

2018.08 Atelier de réflexion sur la participation des peuples autochtones à la gouvernance foncière